EPILEPSIE ET POKEMON

En 1997, 618 adolescents japonais sont hospitalisés après avoir regardé à la télévision un épisode des aventures des « Pokemon ». Une succession d’éclairs, apparue durant une scène du dessin animé, a provoqué des crises d’épilepsie dite photosensible.

Le mardi 6 décembre 1997, des milliers de jeunes japonais regardent le 38ème épisode de leur série favorite, les « Pokemon ». Au bout de vingt minutes, la scène centrale du dessin animé se déroule : Pikachu terrasse son adversaire grâce à une succession d’éclairs rouges et bleus. 11'000 jeunes japonais sont alors victimes d’un malaise, 618 doivent être hospitalisé à la suite de crises de convulsion.

Selon les spécialistes, ces enfants sont atteints d’une forme d’épilepsie dite photosensible. Cette forme particulière d’épilepsie ne concerne qu’un épileptique sur vingt. Environ 0,5 à 0,8 % des enfants de 4 à 14 ans seraient concernés. Les mécanismes de déclanchement de ces crises sont encore mal compris. Selon des scientifiques italiens, ce problème s’explique par une incapacité du cerveau à contrôler ses réactions lorsque l’œil est soumis à des flashs lumineux ou à une alternance d’images très contrastées. Ces chercheurs ont d’ailleurs mis en évidence le fait que les crises d’épilepsie photosensible se déclenchent lorsque la fréquence des flashs se situe entre 4 et 14 Hertz.

Ainsi, ces crises d’épilepsie photosensible ne peuvent survenir que chez des personnes ayant déjà des prédispositions. Chez les enfants épileptiques, le caractère photosensible peut être évalué grâce à un électroencéphalogramme (EEG). Mais parfois, cette forme d’épilepsie échappe à toute détection. Néanmoins, de nombreuses personnes ignorent qu’elles sont atteintes d’une épilepsie photosensible et risquent de le découvrir en regardant une émission de télévision.

fermer